Un nouveau rein pour une nouvelle vie… mais à quel prix ?


Narrateur : (son constant de l’électrocardiogramme) Tout est noir. Elle ne perçoit rien à part ce bip incessant. Allongée sur la table d’opération, elle ne se doute pas que les moments à venir marqueront un tournant dans sa vie.

Narrateur : (Le son s’arrête, il n’y a plus aucun bruit) Elle est seule, perdue, c’est le vide. Quelle est cette pièce ? La panique la gagne. Mais soudain, tout n’est plus si sombre. En face d’elle se trouve un rein… Oui, oui, un rein ! Je vous propose qu’on découvre ensemble ses statistiques.

Narrateur : (Fond sonore de jeu vidéo) Le rein, 12 cm de haut sur 6 cm de large avec une épaisseur de 3 cm pour un poids de 160g. Organe aux multiples talents : il est capable de filtrer du sang, jusqu’à 180 litres par jour, et d’évacuer des déchets et des toxines. Il peut produire 1,5 à 2 litres d’urine quotidiennement. Il permet de maintenir le pH sanguin à un niveau adéquat, ce qui permet au corps de fonctionner correctement et de maintenir l’équilibre existant entre l’ingestion et l’élimination des liquides. Il est également surmonté d’une glande surrénale et, à eux deux, ils contrôlent la production d’enzymes, de vitamines et d’hormones.   

Narrateur : Plutôt pas mal pour un organe. Bon reprenons. Nos deux protagonistes se contemplent, dubitatifs.

Femme : “Mais qu’est-ce qu’il se passe ? Qui es-tu ? Qu’est-ce que tu fais là ? Et où est-ce qu’on est ?”

Rein : “Oula ! Pense à respirer. Comme tu dois le savoir, tu as urgemment besoin d’un nouveau rein fonctionnel afin de pouvoir survivre, donc nous sommes ici pour voir si tu mérites mes services.” 

Femme : “Si je mérite tes services ? Un rein qui me juge, on aura tout vu…”

Rein : “Tu ne pensais quand même pas que j’allais accepter d’être au service de n’importe qui ? Je ne vais pas lier mon destin à quelqu’un si c’est pour quitter ce monde définitivement peu de temps après. Tu sais, c’est aussi une deuxième chance pour moi alors je ne vais pas la gâcher, sois-en sûre ! Maintenant suis moi.”

Narrateur : Suite à cette rencontre des plus spéciales, ce drôle de couple se dirige vers une énorme porte qui ne semblait pas être là il y a quelques instants.

Rein : (Bruit de pas) “Nous sommes actuellement à l’intérieur de ton esprit. Je ne vais pas tergiverser, le but du jeu est très simple. Nous allons voyager à travers tes souvenirs pour constater la manière dont tu as traité mes collègues… Enfin… mes ex-collègues.”

F : “Attends mais comment c’est possible de faire ça ? Je veux dire, on va sérieusement pouvoir faire ça ?”

R : (Les personnages s’arrêtent de marcher) “Mais c’est que tu es sceptique en plus ? Allez, recule-toi et laisse-moi faire. Tu vois cette gigantesque porte ? C’est elle qui va nous permettre de voyager à travers tes souvenirs, ou devrais-je dire, à travers les souvenirs concernant tes reins. N’est-ce pas un concept révolutionnaire et super efficace?”

F : “Attends, attends ! Et si ce que tu vois ne te satisfait pas ?”R : “Eh bien ça sera fini entre nous avant même que ça n’ait commencé. Bon allez, terminé les questions, on y va.”

N : (Son de porte qui s’ouvre + bruit de fond avec des personnes qui parlent indistinctement) La porte s’ouvre enfin et les deux personnages s’avancent vers l’intérieur de la pièce. La scène s’offrant à eux s’affine et notre héroïne n’en croit pas ses yeux. C’est elle ! Enfin dans sa version du passé. Elle se souvient parfaitement de ce moment, elle était dans un fast-food avec des amis qu’elle avait maintenant perdu de vue. Notez la quantité astronomique de nourriture grasse se trouvant dans son assiette en comparaison de celles de ses copines. Ah tiens ! Nous pouvons même apercevoir ses reins. Oula, cela me semble être des expressions de souffrance.

F : “J’ai l’air si heureuse.”

R : “Pour moi tu vois, ça ressemble fortement à mon pire cauchemar.”

F : ”Hein ? Mais pourquoi ?”

R : “Arrête-moi si je me trompe mais tu te retenais d’aller aux toilettes là.”

F : “Mais comment tu sais ça ?”

R :  “En plus d’avoir un rythme de vie décalé et de mauvaises habitudes alimentaires, tu fais subir ça à tes pauvres reins.

Un de mes rôles est de purifier le corps des déchets et des toxines présents dans le sang. Pour les évacuer, je produis un filtrat : l’urine ! Elle est stockée dans ta vessie. Ces déchets toxiques doivent être évacués régulièrement ! Sinon comme tu peux l’imaginer, ils peuvent causer des infections de tout genre, des inflammations mais également des calculs. Les calculs sont de petites pierres qui se forment dans tes reins. Elles peuvent causer de la douleur et de l’inconfort pour toi comme pour moi…

Pour produire ton urine, tout va se jouer au niveau de mes néphrons, j’en ai environ un million. Ils filtrent le sang pour éliminer les déchets et l’excès de liquide, formant ainsi de l’urine.

F : “Ah bon… je n’étais pas au courant.”

R : “Écouter son corps,… c’est important… Se sentir inconfortable est toujours signe d’un problème quelque part.“

F : “Ça fait beaucoup à digérer, je t’avoue que je ne m’attendais pas à me prendre un savon dès le premier souvenir.”

R : “Ce n’en est pas un, mieux vaut prévenir que guérir… Bon, dans ton cas c’est un peu tard, mais l’intention est là.”

F : “J’ai besoin de décompresser, je m’en grille une avant qu’on passe à la suite.”

R : “Sérieusement là ?”

F : “Y’a un problème ?”

R : “Tu as écouté ce que je viens de te dire ? Mon job est d’éliminer les déchets et les toxines du corps. Une toxine est comme un poison qui va être produit et accumulé dans ton organisme. Cela peut te rendre malade et je dois intervenir ! Toutefois, les toxines telles que celles présentes dans les drogues, le tabac ou l’alcool sont constituées d’éléments très lourds que les reins purifient difficilement. Les métaux lourds présents dans la fumée, je ne peux pas les éliminer donc ils vont s’accumuler ! Cela entraîne des lésions tubulaires, un petit dommage qui se produit dans mes tuyaux. S’ils sont endommagés, cela peut causer des problèmes de santé et rendre mon travail extrêmement difficile comme tu peux l’imaginer.“

F : “Ah mince je savais pas mais maintenant que tu le dis c’est logique.”R : “On ne peut pas dire que tu commences bien. Viens on y va.”.

N : Nos protagonistes se retrouvent alors face à l’ancienne version de notre héroïne, fatiguée, assise devant un écran d’ordinateur à trois heures du matin, tout en ayant bu six cannettes de boisson énergisante et consommé une innombrable quantité de paquets de chips… F : “Ça par contre ça ne m’a pas manqué… Pas la peine de me regarder comme ça, c’est pas ma faute si j’ai beaucoup de travail. En plus avec mes problèmes d’organisation c’est pas facile, j’essaierai de ranger la prochaine fois.”

R : “Pas te regarder comme ça ?? T’as pas l’impression que six cannettes de boisson énergisante c’est excessif ?? Et les paquets de chips, je t’en parle même pas !! À trois heures du matin en plus !! Il faudrait songer à dormir à cette heure-ci !!

Dormir la nuit est important pour la santé en général mais il faut ajouter que consommer des aliments riches en sels, lipides et glucides entraîne une haute concentration en minéraux ce qui est dangereux pour mon bon fonctionnement. Les cristaux de sels s’accumulent et bouchent mes canaux qui, par conséquent, ne peuvent plus pratiquer leur rôle de filtration. D’où le problème de consommer six canettes ! Rien que de penser à la composition me donne mal à la tête, à la place, boire de l’eau aurait rendu service à mon collègue tu vois. L’hydratation est une bénédiction.”

F : “D’accord je comprends, tout est beaucoup plus clair maintenant. On passe au souvenir suivant ?”

N : Notre cher rein, qui a l’air plus que désespéré par la situation, n’est malheureusement pas au bout de ses surprises. Ce nouveau souvenir n’est pas des moindres. L’héroïne est dans sa salle de bain, face à son miroir, tenant dans sa main des comprimés médicamenteux. h

R : “Tu m’expliques ce que t’es en train de faire ?”

F : “ Je prends de l’ibuprofène parce que j’ai mal à la tête.”

R : “D’accord. Maintenant, tu me rappelles la dose maximale recommandée par jour pour un adulte ?”

F : “Où est-ce que tu veux en venir ?”

R : “Pour ton information, il ne faut pas dépasser 1.2 gramme par jour. Regardons la suite, histoire de te rafraîchir les idées quant aux résultats de tes agissements irresponsables.”

N : (Bruit d’accélération entrecoupé en fonction des souvenirs) Waw, les souvenirs s’accélèrent. Il est possible de faire des sauts dans le temps, cette machine est vraiment exceptionnelle. Bref, ce n’est pas le sujet. L’héroïne est dans un piteux état, elle est toujours dans la salle de bain mais son teint est bien plus pâle. On dirait bien qu’elle ne tient plus debout. Oh voilà une autre avancée dans le temps. Elle semble encore bien plus mal et a l’air à bout de force, je me demande ce qui lui arrive…”

R : “Allez, on y arrive.”

N : (bruit de tonnerre) Nouveau bond temporel, mais cette fois-ci l’ambiance se fait pesante. Aucun de nos deux amis n’ose dire un mot. Cela peut paraître insignifiant mais à cet instant, rien n’est alors comparable à ce qu’ils ressentent. Devant eux se dresse un hôpital qui paraît plus effrayant que jamais.

Une fois à l’intérieur, le choc laisse place à la réalisation. La patiente discute avec un médecin et l’atmosphère lourde qui les entoure n’annonce rien de bon.

F : “J’ai vraiment déconné pas vrai ?”

R : “Et pas qu’un peu…L’insuffisance rénale est le résultat de la destruction progressive et irréversible des reins. Elle est causée par plusieurs facteurs : des facteurs génétiques mais aussi des facteurs environnementaux dû à des comportements dangereux. En France on estime qu’environ 10% de la population serait atteint d’insuffisance rénale. Les principales causes de l’apparition de la maladie seraient dûes au diabète et à l’hypertension. L’hyperglycémie chronique est un trop plein de sucre dans le sang qui cause la détérioration des vaisseaux sanguins au niveau des glomérules dont on a parlé plus tôt. ce qui entraîne, sur le long terme, un dysfonctionnement des reins. Au niveau des symptômes, on peut parler de taux élevés de protéines dans l’urine, d’une forte pression artérielle, de douleurs dans les jambes et de problèmes de vision. En résumé, des choses bien sympathiques. En ce qui concerne l’hypertension artérielle, elle cause un rétrécissement des petites artères du rein qui vont donc se boucher, ainsi qu’une diminution de la vascularisation. En d’autres termes, ton système de vaisseaux sanguins subit une baisse d’efficacité dans le transport du sang à travers ton corps, ce qui peut être bien embêtant. Tu comprends maintenant que c’est tous tes dérapages qui t’ont amené à cette insuffisance rénale.“

N : En effet, cela nous transporte directement quelques instants avant la rencontre de nos deux personnages. L’héroïne est alors au plus mal et est clouée dans un lit d’hôpital. Il ne lui reste alors plus beaucoup de solutions pour continuer à vivre.

R : “L’insuffisance rénale dont tu es atteinte est à un stade très avancé, ce qui signifie que l’ensemble des fonctions de tes reins sont altérées.

Cela a également des conséquences sur tout ton organisme avec notamment la diminution de la production d’hormones assurée par tes reins. 

L’état de ta fonction rénale a été abaissé à un tel seuil que dorénavant, tu es candidat à la greffe de rein. 

Eh bien regarde, le médecin arrive. Qui de mieux qu’un professionnel pour t’expliquer la situation.”

Médecin : “Il est impossible de survivre sans nos reins. En effet, ils permettent de réguler la tension artérielle, notamment grâce à l’excrétion de sodium. S’il n’y a pas assez de sodium éliminé, la tension artérielle augmente. Lors d’une baisse de la tension, la régulation peut se faire à l’aide de plusieurs enzymes dont la rénine, qui est produite par les reins. Cette rénine va alors activer une chaîne de réactions qui va permettre le retour à la normale de la tension. Les reins synthétisent un certain nombre d’autres enzymes qui permettent, par exemple, de réguler la production de globule rouge. Il ne faut pas non plus oublier leur production d’hormones qui permet le développement et le maintien du squelette, ils règlent les niveaux de minéraux tels que le calcium et le phosphore.”

Femme du souvenir : “…”

M : “Mademoiselle, vous m’écoutez ?”

Femme du souvenir : “Oh pardon, j’étais perdue dans mes pensées. Vous disiez ?”

R : “On ne peut pas dire que c’était ton moment le plus glorieux…”

N : Nos deux compères ont des choses à se dire, il est temps pour eux de sortir de la chambre aux souvenirs et de faire le point. Tous deux savent que cette discussion est importante car le point culminant de la greffe est enfin arrivé.

F : “Alors ? … Tu restes ?”

R : “Tu m’en donnes pas envie tu sais ?”

F : “Je sais que tout ce qu’on a vu aujourd’hui te donne envie de fuir mais grâce à toi j’ai compris mes erreurs. Je te promets de faire des efforts, en travaillant ensemble ça pourrait marcher pas vrai ? Je serai à ton écoute et je ferai mieux, crois en moi ! On peut pas finir comme ça, tu ne penses pas ?”

R : “Comme je te l’ai dit, c’est une deuxième chance pour moi aussi et je ne tiens pas spécialement à la laisser passer. Mais je te préviens, aussi bien pour toi que pour moi, prends soin de ton organisme. Dans le cas contraire, ça pourrait se finir de manière bien plus tragique.”

F : “Tu ne le regretteras pas, c’est promis !”

N : (Bruit de personnes qui se serrent la main) Une poignée de main scellant leur pacte, voilà comment se termine l’histoire de notre héroïne et de son nouveau rein. Tout est bien qui finit rein !

BIBLIOGRAPHIE

ARTICLES SCIENTIFIQUES

  • Balzer, M. S., Rohacs, T., & Susztak, K. (2022). How many cell types are in the kidney and what do they do? Annual Review of Physiology, 84(1), 507‑531.
  • Nerbass, F. B., & Pecoits-Filho, R. (2019). Can your work affect your kidney’s 

health? Reviews on Environmental Health, 34(4), 441‑446.

  • Outtandy, P., Russell, C., Kleta, R., & Bockenhauer, D. (2019). Zebrafish as a model for kidney function and disease. Pediatric Nephrology, 34(5), 751‑762.
  • Prowle, J. R., Echeverri, J. E., Ligabo, E. V., Ronco, C., & Bellomo, R. (2010). Fluid balance and acute kidney injury. Nature Reviews Nephrology, 6(2), 107‑115.
  • Silva, G. B. da, Bentes, A. C. S. N., Daher, E. D. F., & Matos, S. M. A. de. (2017). Obesity and kidney disease. Brazilian Journal of Nephrology, 39, 65‑69.
  • Takasato, M., & Little, M. H. (2015). The origin of the mammalian kidney : Implications for recreating the kidney in vitro. Development, 142(11), 1937‑1947.

BLOGS / VIDÉOS

SITES INTERNET & BLOGS

VIDÉOS & AUTRES

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.